Le projet " Souvenir "

Idée, proposition, conception
Il a été proposé en assemblée générale en janvier 2005, que le sens du sacrifice, de nos anciens combattants morts aux différentes guerres, soit souligné d’une façon spéciale et permanente.

Le camarade Pierre Garneau faisait alors la proposition aux membres de « bâtir » un "Mur du Souvenir".

La proposition acceptée déclencha immédiatement une campagne de levées de fonds. C’est avec des bénévoles comme Viateur Lavoie, le spécialiste des sauces spaghettis et de ses amis que les argents commencèrent à entrer dans ce fonds spécial pour le "Mur du Souvenir".

La conception est faite sur papier par André Marion, le président du temps, présentée à Normand-Guy Goudreau qui assistera au suivi et qui participera à l’érection du Mur. 

Quelques semaines se passent à revérifier la conception, l’assemblage des modules, la pose des vitres et portes coulissantes et serrures. Merci aux nombreux bénévoles artisans pour cette réussite.

Merci à ceux qui croyaient alors et qui croient encore aujourd’hui que le travail d’une filiale de la Légion Royale Canadienne est la pierre angulaire du "SOUVENIR".

C’est avec fierté que nous pouvions annoncer que le "Mur du Souvenir" n’avait rien coûté, ni à la filiale, ni aux membres, ni à la collectivité. Ce mur se voulait unique en Amérique du Nord, puisqu’il n’est pas un musée, ni une exposition de  trophées militaires, mais bien un centre de lecture et de recherche militaire, un centre du "SOUVENIR".
 

Ce mur se voulait vivant et présent dans la collectivité par sa simplicité :



  • fond de velours noir, couleur symbolique de la mort;

  • feuilles tombées des arbres, symbole de l’automne de la vie de nos anciens combattants qui sont toujours vivants;

  • coquelicots, symbole du souvenir pour ceux qui sont disparus;

  • barbelés, symbole des obstacles de la vie militaire;

  • carabines symbole du danger toujours existant;

  • bottines, symbole de la marche vers la paix;

  • casque, symbole de la protection d’en haut.

Un Responsable
Sous la direction de Normand-Guy Goudreau, premier directeur histoire et archives élu qui sera en poste de 2005 à 2012, les artefacts arrivent de militaires, de vétérans, de veuves d’anciens combattants et de membres actifs.

 

La croissance
Quelques années plus tard, avec l’aide du camarade Victor Guérin qui va mettre beaucoup de pression sur la compagnie Fabritec, nous allons dessiner un projet et le faire réaliser localement. 

Un coffre à drapeaux viendra enjoliver ce mur avec ses énormes vitres coulissantes et sécuritaires. Avec les bénéfices réalisés avec le congrès provincial de 2007 et les fêtes du 70e anniversaire de la filiale, nous étions en mesure d’offrir une collection complète de drapeaux qui sont toujours placés dans ce coffre et ne doivent pas être utilisés pour les parades.

Toujours avec la participation de cette même compagnie, on prépare la finition de ce Mur avec l’installation d’un autre coffre vitré et sécuritaire qui servira à afficher les fournitures offertes en vente aux membres et visiteurs. Ce dernier meuble, connu sous « kit shop », devient aussi la base d’une nouvelle télévision.  Voilà ce projet d’un "Mur du Souvenir" qui se concrétise et qui donne une forte « plus-value » à l’inventaire de la filiale Richelieu (Québec 79).

Intronisations au mur du souvenir
Conjointement à l’érection du "Mur du Souvenir", des vétérans sont interviewés, des photos collectionnées et des biographies écrites pour l’intronisation de ces derniers au Mur.  Pour chaque biographie écrite une plaque est gravée sur un matériau spécial (European gold) qui donnera suite à la phase suivante à ce projet. Avec plus de 150 anciens combattants interviewés, une murale est fabriquée, les plaques montées et on retrouve maintenant à la filiale 79 le "Mur et son Avenue du Souvenir". 

 

Dans cette avenue (avec plaque officielle de la ville), on y retrouve aussi les plaques gravées de chaque président de la filiale et de présidente de l’auxiliaire féminin depuis l‘émission de la charte en 1939.
 

Pour enjoliver cette "Avenue du Souvenir", Normand-Guy Goudreau a offert à la filiale son imposante collection de médailles militaires exposée aussi dans un coffre sécuritaire qui a été fabriqué localement.  Voilà ce projet qui comme le Mur du Souvenir n’a rien coûté à la ​filiale et les argents requis ont été offerts par quelques membres qui croyaient dans ce projet construit en respect des anciens combattants de la grande région de Saint-Jean-sur-Richelieu.
 

Quelques plaques de bronze et de marbre, héritées de l’église St-James, viennent agrémenter le cachet.  On espère tout simplement que les exécutifs futurs sauront respecter ce qui a été fait avec le même esprit du"SOUVENIR".
 

L’inauguration officielle du "Mur du Souvenir" avait lieu le 13 octobre 2005 à la ​Filiale Richelieu (Québec 79) de la Légion royale canadienne.



Pour voir l'album de photos de l'inauguration du "Mur du Souvenir" cliquez ici

Nous nous souviendrons